Image

Torque FRX 8.0 Dropzone

BIG BIKE No 64

C'est en avant première sur les trails de Tignes que nous avons eu le bonheur de prendre en main le dernier cadre de chez Canyon, le Torque FRX 2012.

Quelques mots sur la bête avant de passer au ressenti. Le cadre a été pensé intelligemment : le bras arrière reste le même, mais le triangle avant évolue dans le bon sens : routage interne prévu pour le câble de la commande de tige de selle, top tube incurvé pour laisser de la place aux bonbonnes d'amortisseurs, système ingénieux de visualisation du SAG et même une butée discrète pour la pose d'un dérailleur avant (...). Esthétiquement, tous ces détails claquent et en prime la ligne du bike est plus épurée, plus affinée, il parait plus racé. Une vraie réussite au premier coup d’œil.

Canyon a complètement revu la géométrie du bike, que l'on peut faire évoluer grâce à un ingénieux système d'inserts dans la biellette. (...) Le bike possède des bases courtes (422mm) et se montre bien compact. De plus, il est bas au niveau du poste de pilotage, grâce à une douille de direction moins longue et à un jeu de direction intégré. On se retrouve donc avec une position un peu plus agressive, parfait pour le programme du bike.

En voiture Simone...

Au Guidon du DropZone, nous avons commencé par rouler avec 203mm de débattement arrière, en position basse. Dans cette première configuration, le bike tourne dans un mouchoir de poche grâce à des bases courtes et à ce boîtier de pédalier bien bas qui permet de gagner en maniabilité. Les enchaînements de virages surélevés se font dans un confort et une efficacité déconcertants. Le bike est joueur, très fun à piloter, un trait de caractère que l'ancien FRX ne possédait pas. (...) Le bike vire sans jamais décrocher, on peut rentrer vite dans les relevés sans toucher aux freins et sans jamais se faire de chaleur.

Dans les lignes droites, le DropZone reste stable, même dans les parties caillouteuses et il grippe parfaitement au freinage.
Au niveau des relances, le tableau est encore bien flatteur : le Canyon est nerveux et il ne lui faut que deux ou trois coups de pédales pour reprendre de la vitesse. C'est un vrai jouet, facile à piloter, très sain, très fun et confortable, bref l'outil idéal pour finir une session avec un sourire béat aux lèvres.

Une vraie réussite pour cette première prise en main.