avr. 4, 2023 Ryan Petry
avr. 4, 2023 Ryan Petry

L’aventure de Ryan Petry dans les Appalaches

Nouveau territoire. Nouveau vélo. Ryan Petry est parti sur un itinéraire dans les Appalaches, mais tout ne s’est pas passé comme prévu.

L’aventure de Ryan Petry dans les Appalaches L’aventure de Ryan Petry dans les Appalaches

Je me suis mis au cyclisme parce que je n’avais pas les moyens de m’acheter une voiture et je voulais un moyen de transport. J’ai adoré le sentiment de liberté, d’aventure et de sensations fortes que mon vélo m’a donné... enfin, j’imagine. 26 ans plus tard et bien que ma vie ait considérablement changé depuis que j’ai 5 ans, mes raisons de faire du vélo sont restées les mêmes.

Je m’appelle Ryan Petry et j’ai le privilège de gagner ma vie en faisant du vélo et en racontant des histoires autour de ce sport. Au cours des 10 dernières années, j’ai couru professionnellement, passant du triathlon au VTT d’endurance. J’ai participé au plus haut niveau à de nombreuses courses de VTT d’une journée, parmi les plus difficiles du pays et j’ai également organisé des aventures massives depuis chez moi à Boulder, dans le Colorado.

Canyon Neuron

Planifier une aventure sur le nouveau Neuron

Lorsque Canyon m’a parlé du nouveau Neuron, ils m’ont demandé si je voulais planifier une aventure pour soutenir le lancement du vélo. Euuuh, OUI ! J’ai dû me pincer pour être sûr que ce soit réel, quelle opportunité amusante.

« Si je pouvais aller n’importe où avec ce vélo, où voudrais-je aller ? »

Tout au long de ma carrière, j’ai cherché à explorer le Colorado et les états situés à proximité. J’avais toujours entendu à quel point rouler sur la côte est était différent et amusant, et étant donné que c’était l’hiver aux États-Unis, j’ai commencé à regarder du côté des états du sud-est.

Neuron CF
Neuron CF
Neuron CF
Neuron CF
Neuron CF
Unbox and assemble your Neuron CF

Destination Asheville

J’ai des amis qui ont couru dans la forêt de Pisgah à l’extérieur d’Asheville, en Caroline du Nord, et je me souviens avoir entendu à quel point la course était incroyable mais technique. Vous voyez, le cyclisme technique n’a jamais été ma force. J’ai grandi en courant et en construisant mon endurance. J’ai toujours échappé aux courses les plus techniques parce que je savais que je perdrais du temps, et franchement, les grosses chutes et les pierres me faisaient peur. J’ai travaillé dur pour m’améliorer au fil des ans, mais je reste toujours jaloux lorsque je vois des gens qui ont roulé sur des VTT, des dirt bikes ou des BMX à un jeune âge, et qui réussissent à gérer sans effort tous les obstacles sur les sentiers.

Une fois que la forêt de Pisgah est apparue sur mon radar, je savais que c’était là où je voulais rouler. Ce n’était pas une course, et je serais sur un vélo conçu pour inspirer confiance sur des terrains plus techniques. Une fois cette décision prise, j’ai commencé à rechercher des itinéraires et des lieux populaires dans la région. J’aurais 3 jours pour explorer cet endroit que je n’avais jamais visité, et je voulais être sûr de voir ce qu'il y avait de mieux, à la fois sur et sans le vélo. J’ai trouvé un itinéraire sur Bikepacking.com appelé Appalachian Beer Trail, conçu sur 4 jours dans la région avec un objectif similaire, mais en mettant l’accent sur les brasseries. J’ai utilisé cela comme base pour mon itinéraire, et j’ai fait appel à l’un de mes sponsors, Industry Nine, qui est basé à Asheville pour composer ma version de l’itinéraire.

Une fois l'itinéraire défini, j'ai réservé des AirBnb dans les régions où je m'arrêterai. Le plan était de commencer à Black Mountain, de me rendre jusqu’à Asheville, puis à la ville de la forêt de Pisgah, et de terminer à Brevard. 225 km avec 4 500 m de montée en 3 jours ne sera pas facile, il a donc fallu me préparer physiquement.

Canyon Neuron

Composer avec le nouveau Neuron

Le mois ou les deux mois précédant le voyage, j'ai passé autant de temps que possible sur le nouveau vélo, en le faisant passer sur les sentiers entre les tempêtes de neige. Les jours où je ne pouvais pas aller sur les sentiers, je faisais du vélo gravel ou quelques intervalles sur le home-trainer. Pour les entraînements, je faisais des randonnées tout en portant mon fils de 10 mois, des trails et des exercices de musculation à la salle de sport. C’était la première fois de ma vie que ma motivation pour me remettre en forme n’était pas pour la compétition, mais simplement pour la possibilité d'accomplir une grande aventure et d'en profiter.

Cette région de Caroline du Nord peut être pluvieuse à cette période de l’année, et rouler sur des sentiers humides et glissants recouverts de rochers et de racines m’a rendu nerveux. Prêt ou non, il était temps d’emporter le vélo, de mettre tout mon équipement imperméable le plus chaud dans un sac et de me rendre à l’aéroport.

Le contenu est en cours de chargement

Arrivée en Caroline du Nord

J’ai voyagé avec quelques réalisateurs avec lesquels j’avais travaillé sur mon projet « Best Week Ever ». À l’atterrissage, nous avons saisi nos bagages, les avons chargés dans un mini-fourgon et nous sommes dirigés vers la ville de Black Mountain où l’aventure devait commencer le lendemain matin. En regardant par la vitre pendant le trajet, je découvrais cette région et ce terrain pour la première fois. Les montagnes étaient bien plus grandes que je ne l’imaginais, bien que la plupart des sommets soient cachés dans la brume. J’étais impatient de me lancer sur les sentiers et de commencer cette aventure que je préparais depuis des mois. Après l’assemblage du Neuron, un dîner rapide, un FaceTime avec ma femme Maddie et la mise en place de mon matériel pour le lendemain, il était temps de se détendre et de dormir.

Canyon Neuron

Prêt à rouler sur les sentiers

Avec le changement d’heure, le lendemain matin est venu rapidement. Je suis sorti du lit pour vérifier la météo. Il ne pleuvait pas, mais je pouvais sentir que cela allait arriver. Aujourd’hui, le projet était de parcourir le sentier Kitsuma, l’une des descentes les plus célèbres de la région, puis de parcourir quelques routes secondaires sympas en direction du centre-ville d'Asheville. J'étais super excité à l'idée de rouler sur Kitsuma après l'avoir vu sur YouTube, mais j'étais vraiment nerveux à l'idée d'être trempé.

Après avoir pédalé rapidement de la maison jusqu’au sentier, j’ai commencé à grimper. L’ascension initiale était raide et semi-technique. Ce sont principalement les racines humides qui étaient difficiles à franchir. J’avais entendu dire que les sentiers ici drainaient bien l’eau, et cela s’est avéré vrai. Ce n’était pas boueux et, outre les rochers et les racines, il y avait une grande traction. Le Neuron a géré cette ascension avec facilité, et alors que je gravissais des terrains inconnus, j’ai gagné la confiance dont j’avais besoin pour la descente.

Sur de grandes sorties comme celle-ci, j’essaie de rouler avec prudence. Compte tenu du nombre de kilomètres à parcourir, du temps et des ressources consacrés à la réalisation de ce projet, je voulais rouler dans les limites de mes capacités pour être sûr de pouvoir terminer l'ensemble de l’itinéraire. Dans cet esprit, j’ai plongé dans la célèbre descente de Kitsuma. Au cours des 10 premières secondes, je me suis retrouvé à hurler et à brailler. Ce vélo, ce sentier. C'est pour cela que je suis venu ici. J'ai pris un virage dans une grande descente et j'ai freiné brusquement. Je m'amusais beaucoup, mais cela m'a rappelé de faire attention et de descendre d'un cran.

La mésaventure frappe

J’ai laissé Markus, le photographe, se placer devant moi pour trouver un bon endroit où prendre quelques photos. Après 3 ou 4 passages dans un coin cool, je devenais assez confiant. Il jouait avec le réglage et les angles de son appareil photo et m’a demandé de repartir. J'ai grimpé, retourné mon vélo, pédalé un peu fort, roulé à travers les rochers et me suis concentré sur l'inclinaison de mon vélo alors que je poussais dans le vir..... Tout ce dont je me souviens, c'est d'avoir vu le sol arriver sur mon visage, j'ai tendu les mains mais mon visage s’est écrasé sur la terre, fort.

J’ai crié dans un mélange d’agonie et de frustration. En un instant, j’ai su que mon aventure était en péril. Chaque fois que j’ai un accident, la première chose que je fais est de faire un inventaire. Est-ce que le vélo va bien ? Ai-je des fractures ? Mes dents sont-elles toutes là  ? Aurai-je besoin de points de suture ? Le sang coulait de mon visage et j’avais encore 6 km de descente pour arriver à la voiture. J’ai profité de l’adrénaline et je n’ai pas perdu de temps pour descendre. J’étais concentré, effrayé et frustré en même temps. C'est avec beaucoup de prudence que j'ai dévalé la pente humide et glissante. Je refusais d'admettre que cet accident aurait un impact majeur sur mes projets du week-end, mais à mesure que la douleur dans mes mains et ma tête s'installait, je me suis rendu compte que cela ne sentait pas bon.

Je suis arrivé à la voiture en toute sécurité, mais avec beaucoup de douleur. Alors que l’équipage chargeait les vélos, je me suis assis là-bas, inondé d’émotions. Alors que nous nous rendions aux urgences de Black Mountain, j’ai appelé Maddie qui a essayé de me calmer. Je sais que les accidents font partie de ce sport, et je savais que je m'en sortirais, mais je n'arrivais pas à ralentir les pensées qui me traversaient l'esprit.

Canyon Neuron

Évaluation des dommages

Aux urgences, le médecin a examiné mon corps et ma tête et a recousu une coupure sur mon sourcil. Mes mains étaient toutes deux très contusionnées par l’impact, mais j’étais plus préoccupé par ma tête et la possibilité d’avoir une commotion cérébrale. En 2021, à Unbound Gravel, j’ai eu un accident grave et j’ai eu une très mauvaise commotion cérébrale. C’était un rappel de la fragilité de notre cerveau. Le médecin m’a dit de continuer à surveiller mes symptômes et après lui avoir parlé du trajet que j’avais prévu, il m'a conseillé de rester tranquille le reste de la journée, de passer une bonne nuit de sommeil et de voir comment je me sentirai le lendemain matin.

Je pense que beaucoup de gens finissent par ignorer les commotions cérébrales parce qu'en général, rien n’est tout noir ou tout blanc. Les symptômes peuvent être très légers, presque invisibles. En me promenant dans le centre-ville d’Asheville ce soir-là, j’essayais de prêter attention à tout ce qui me semblait « bizarre ». J'étais un peu dans les vapes et j'ai remarqué une légère sensibilité à la lumière et au son. Je voulais tellement me réveiller le lendemain matin en me sentant bien et continuer à rouler, mais je savais au fond que ce serait une décision irresponsable. Je me suis réveillé et j’ai marché et j’ai été surpris de voir à quel point ma tête se sentait mieux. J’étais tellement tenté de m’équiper et de sauter sur mon vélo, mais je ne pouvais pas me débarrasser de la sensation de la nuit précédente.

Les coûts émotionnels de l’accident

Je pense que la partie la plus difficile de l'arrêt de la course a été de savoir à quel point je m'étais investi et à quel point j'étais reconnaissant à Canyon de m'avoir donné cette opportunité. Alors que la journée se passait et que la réalité s’installait, je ne pouvais m’empêcher de me sentir frustré de ne pas être sur le sentier. Je me suis retrouvé à Asheville 3 jours avant mon vol de retour, alors j’ai décidé de profiter au maximum du voyage et d’explorer à pied. Ce n’était pas ce que j’avais prévu ou espéré, mais ce n’était pas une expérience gaspillée. J’ai vraiment aimé voir ces villes et j’ai été heureux d'avoir eu plus de temps pour me faire une idée de la région.

Projets familiaux et futurs

Après être revenu à Boulder, je me suis donné un peu plus de temps pour récupérer. J’ai fait des randonnées faciles, j’ai fait du home-trainer, et j'ai pris le temps de digérer ce qui s'était passé. Je suis toujours contrarié de ne pas avoir vécu l'expérience pour laquelle je m'étais entraîné et que j'avais planifiée, mais je me suis rendu compte que le processus de planification de ce genre d'aventures est une expérience significative et excitante en soi. Il est intéressant de comprendre que les choses de la vie qui nous font nous sentir le plus vivant impliquent souvent un peu de risque. Oui, moi et mon nouveau vélo avons heurté le sol cette fois-ci, mais connaissant les aventures qui m'attendent, je me relèverai, j’enjamberai à nouveau mon vélo et je tenterai ma chance encore et encore.

Je suis impatient et motivé pour planifier une autre grande aventure prochainement, pour obtenir un peu de rédemption avec ce vélo incroyable. En ce moment, les sentiers du Colorado sont enneigés, mais il y a fort à parier qu'une fois que la neige aura fondu, moi et mon Neuron, nous les emprunterons. Que le rêve et la planification commencent... à nouveau.

Ryan Petry

À propos de Ryan Petry

Ryan Petry est un vététiste et producteur professionnel qui vit à Boulder, dans le Colorado. Au cours de la dernière décennie, il a couru au plus haut niveau dans de nombreux événements d’endurance d’une journée, parmi les plus difficiles du pays. Il trouve désormais un équilibre entre conquérir ses propres grandes aventures tout en travaillant dans l’industrie pour éduquer et inspirer les autres afin qu’ils puissent eux aussi, rêver grand et libérer toute la puissance de leur vélo.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous confirmez être d'accord avec notre Politique de Protection des Données. .

Cet article vous a-t-il aidé ?

Merci pour vos commentaires

  • Ryan Petry
    À propos de l’auteur

    Ryan Petry

    Faites la connaissance de Ryan Petry, le vététiste professionnel et producteur de Boulder, dans le Colorado. Avec plus d'une décennie d'expérience de course au plus haut niveau dans des épreuves d'endurance d'un jour, Ryan concilie maintenant sa passion pour les grandes aventures avec l'éducation et l'inspiration des autres dans l'industrie du cyclisme. Rejoignez-le dans son voyage et découvrez son rêve : libérer le pouvoir du vélo.

Histoires associées

avr. 17, 2024
Préparez-vous à plonger dans le Giro d’Italia 2024 ! Nous allons couvrir tous les aspects de la course : des itinéraires et des courses aux équipes en compétition qui se disputent la gloire.
févr. 16, 2024
Si vous voulez un VTT mais que vous hésitez entre un vélo de trail ou de cross-country, lisez ceci.
juin 3, 2023
Toute l’équipe Canyon vous accueille sur son stand aux Pass’Portes à Morzine. Découvrez la toute nouvelle gamme Canyon de VTT électriques, de VTT et de vélos de gravel en buvant un café. Beaucoup de surprises sont au programme !
mai 17, 2023
Canyon sera présent sur l’événement Vélo Vert Festival qui se déroulera du 2 au 4 juin 2023 dans la station de Samoëns. C’est l’occasion parfaite de découvrir la nouvelle gamme de VTTAE.
Le contenu est en cours de chargement
Loading animation image